Et voila, je vais encore passer pour le mec qui râle tout le temps. Désolé, mais moi l'humour régional c'est pas trop ma tasse de thé.
J'en ai vraiment plein le dos de leur ch'tis par ci et leur ch'tis par la.Faire un film avec pour seuls éléments comiques un accent, le fait de prononcer les "je" comme des "che" et les "a" comme des "o", je trouve ça un tout petit peu limite.
Au final, de ce film il ne me restera qu'une scène, celle avec Galabru. Et pourtant je ne le supporte plus le vieux coulant, mais la, il est excellent.
Les acteurs sont finalement assez moyens. Danyboon s'en sort bien, Kad en fait un peu trop à mon gout, et surtout son gros problème est qu'il est en train de devenir le Berléand mais en plus jeune. Vous vous souvenez de François Berleand, devenu célèbre en 2003 pour le film le plus réactionnaire des années 2000 "les choristes", résultat il devient boulimique de travail, tout le monde le veut et on le retrouve dans tous les films à l'affiche. Résultat : 6 films par an, grosse overdose. Avec Kad c'est pareil, on le voit partout depuis les choristes (quelle plaie ce film). Prend des vacances mon gars, monte dans ta Fuego et va faire une partie de Kamoulox avec ton pote Olivier et refais le plein. La palme de la nullité revenant à Zoé Félix, la femme de Kad dans le film. Je pense qu'elle a pris des cours de comédie avec le même prof que les acteurs et actrices des studios AB à la grande époque d'Hélène et les garçons ou du miel et les abeilles. Il y a bien longtemps que je n'avais pas vu une actrice jouer aussi mal. Même dans les films de Kechiche, les acteurs amateurs font mieux, et dieu sait qu'ils sont mauvais.
Une mention spéciale aussi pour la doyenne Line Renaud. La pauvre, pas facile quand on a perdu l'accent du nord. Résultat on a le sentiment pendant tout le film que son appareil dentaire s'est déplacé et que les autres acteurs lui ont glissé des patates brulantes dans la bouche. Tout comme son collègue Robert Hossein assure la promotion de la société Audika, spécialisé dans l'équipement auditif, je pense qu'après ce film Line Renaud peut sans problème se lancer dans une campagne de pub pour la société Polident. En parlant de Hossein, s'il pouvait trouver une autre personne pour faire les voix off de ses spectacles ça ferait du bien à tout le monde, c'est pas le tout d'être dur de la feuille mon vieux Robert, mais l'articulation n'est plus au rendez-vous depuis longtemps, et arrivé à un age avancé la diction n'est plus fluide mais c'est de la véritable soupe. Arrête de causer Robert, merci.
Mais ce que j'attends avec impatience c'est le DVD du film avec le making off et surtout un documentaire qui devrait s'intituler "les crétins au pays des ch'tis". Vous avez vu tous ces abrutis en bus qui se font promener par un Tour opérator pour visiter le tournage de telle scène, le bistrot de telle scène, la Poste et tout le toutim. Je trouve ça effrayant cette volonté d'aller voir sur place comment c'était. Ca a débuté avec le film Amélie Poulain il y a quelques années, tous les abrutis voulaient voir le bistrot de Montmartre.
Ca me fait penser aux culs bénis et leur saint suaire, les crétins (qui peuvent être culs bénis aussi évidemment) ont besoin de voir en vrai et de toucher.

Bref, voila un film formaté pour 20h50 le dimanche sur TF1. Encore un qui apportera du temps de cerveau disponible. Aujourd'hui je pense non pas aux 10 millions de cons qui se sont rués dans les salles pour voir ce film, mais plutôt aux 1 245 920 spectateurs qui sont allés voir le film de Sean Penn "into the wild" qui est une merveille absolue. Ca fait un ratio de 1 pour 10. Ca doit finalement être la moyenne nationale, sur 10 personnes vous avez 9 cons et 1 pas con. Vérifiez au quotidien, on ne doit pas être loin de la réalité.