ballon_de_rugby_franceOh le joli retournement de veste que voila.
Vous vous souvenez des critiques, souvent d'une bassesse exquise, concernant l'équipe de France de Rugby lors de la semaine précédent son match contre le Pays de Galles ?
Le journal l'Equipe en tête, qui fait la pluie et le beau temps dans le sport français, avec dans ses rangs une armée de journalistes aussi incompétents qu'abrutis, prêts a déverser leur bile de sportifs refoulés - dont la plupart non jamais porté le moindre vétement de sport à part peut être pour se vautrer dans leur canapé pour regarder le match avec une bière dans une main et un morceau de pizza dans l'autre, sur les vrais sportifs et surtout les sélectionneurs. Leurs mains étaient prises, vous savez donc pourquoi maintenant ils écrivent leurs articles avec les pieds.
On en arrivait même a se demander pourquoi l'équipe de France allait entrer sur le terrain vendredi soir. Ils en arrivaient même a espérer, je cite, une "bonne grosse déroute, un échec d'Audimat". Ah ça doit faire chaud au coeur de se sentir soutenu par les médias de la sorte. Que d'encouragements.
Ca me rappelle les attaques et les critiques toujours très constructives en provenance du même torche cul sportif contre Aimé Jacquet à la veille de la coupe du monde de foot en 1998. Il n'a jamais pardonné, bravo.
Et ces abrutis d'anglais, jamais avares de commentaires inutiles, le pays du fair-play (mais seulement quand ils gagnent je vous rassure) y sont aussi allés de leur flingage envers Lièvremont, disant qu'il perdait totalement les pédales et qu'il n'était pas loin d'être le dernier des cons en alignant un joueur comme Bastareaud (seul guadeloupéen au monde non gréviste) et Morgan Parra. Certainement les deux meilleurs joueurs hier soir avec Nallet, Dussautoir et Jauzion (Chabal ne servant toujours à rien, mettant 10 minutes a se relever après chaque action). Pas de buteur, une charnière centrale inexistante. Dites donc les rosbifs, c'est pas parce que vous avez inventé le rugby que ça vous donne tous les droits.

Mais ce matin au réveil, les journaux dégoulinaient d'éloges !
Quel panache, magnifique, formidable, une victoire avec les tripes.
A ce niveau là cela ne s'appelle plus avoir la mémoire poreuse.
Ah les journalistes, quand ils ne sont pas les vulgaires laquais du pouvoir politique ou les portes parole des lobbys, il trouvent toujours un nouveau moyen de se ridiculiser.
Si j'étais un petit prince, je dirais : S'il te plait, dessine moi un nouveau journal sportif avec des vrais journalistes compétents dedans.