Je suis sur que si Patrick Swayze et Keanu Reeves étaient encore en vie, ils viendraient habiter dans la région Aquitaine pour espérer avoir leur bac en candidat libre. Les fans de ces deux "acteurs" que nous pouvons sans prendre le moindre risque qualifier de "deux plus mauvais acteurs de leur génération pourtant dejà bien pourvu en représentants de la médiocrité" auront surement compris que je parle de surf. Mais surf et bac, comment est-ce possible ?
Un indice chez vous, comme dirait Julien Lepers : "cette année pour avoir ton bac, va falloir plancher coco".

Rien de plus simple. L'éducation nationale qui n'est plus à une connerie près, vient de reconduire pour la deuxième année consécutive l'épreuve "Surf" au bac dans la région Aquitaine. Maintenant pour passer le bac on ne part plus avec sa trousse et son cartable se poser le cul sur une chaise pendant 4 plombes, mais en bermuda, claquettes aux pieds et la planche sous la bras.
Et au moins plus de problèmes de copie sur la feuille du voisin ! 5 profs de gym sur la plage et hop le tour est joué. Fumiers de profs, ils avaient déjà des vacances toute l'année en palpant un maximum de pognon, maintenant ils vont en plus poser leurs culs sur le sable pour faire passer le bac aux élèves. Va y avoir de la demande de mutation dans le Sud Ouest de la France.
J'attends avec impatience l'arrivée de l'épreuve pétanque pour les bacheliers de Marseille.
En Bretagne, une épreuve de dégustation (par pack de 50) de cervoises au troquet du coin me semblerait coller parfaitement aux spécificités de la région.
Evident que pour le Nord, une épreuve de consanguinité devrait faire son apparition.
L'Est de la France ne serait pas en reste avec une épreuve d'enlèvement, viol et meurtre d'enfant.
Et pour finir en beauté, à Angers, une grande épreuve de pédophilie.
Je vais peut être demander des formulaires pour m'inscrire en candidat libre, moi. J'ai l'air con avec mon Bac G3 (désolé c'est le seul Bac qui restait envisageable au regard de mes compétences scolaires).