Autant vous le dire tout de suite, et ceux qui me lisent vont s'en douter, vous vous doutez bien que je ne vais pas pleurnicher sur la fameuse banderole déployée lors du match de foot de samedi dernier. Pour tout vous dire, quand je l'ai vu (le match, pas la banderole, depuis bien longtemps je ne m'intéresse plus au football), j'ai ri de bon cœur et j'ai été surpris à deux titres, tout d'abord comment des supporters pouvaient être inspirés à ce point et ensuite comment ont-ils fait pour aussi bien résumer une région. Pas besoin de faire un film ennuyeux d'une heure et demie quand quelques mots suffisent. Une leçon d'efficacité. D'une part ça change du désormais incontournable "oh hisse, enculé" lors du dégagement du gardien de but adverse (dont je ne parviens toujours pas à saisir la signification) et ensuite après l'overdose de ch'ti attitude depuis quelques semaines, il me semble que cela participe activement à un rééquilibrage des forces.
Si Chirac avait encore été président, nous aurions eu droit à un "aujourd'hui nous sommes tous ch'tis".
Bref, je me moque éperdument de cette histoire de banderole. Ce qui me choque c'est que tout d'un coup, le milieu du football découvre avec effroi que les stades de ce sport pratiqué par des idiots pour des supporters guère plus équipés intellectuellement ne sont plus un lieu convivial dans lequel règnent le respect et la tolérance. Vous n'allez pas me croire mais il parait même que certains supporters poussent des cris de singe quand un joueur noir touche le ballon, et parfois même, summum du bon gout, ils lui jettent des peaux de banane. Si si je vous assure. Je me demande si un jour il n'y aura pas des racistes dans les tribunes. Dingue non ?
Et que cette fois on ne nous resserve pas le plat réchauffé des "quelques individus isolés", vous avez vu la taille de la banderole ? Il en faut du monde pour rentrer ça dans un stade et la déployer.
Soyons sérieux et arrêtons l'hypocrisie, cela fait des années que ça dure et que font les instances du football et les clubs ?
Ça tient en quatre lettres, rien. Ils condamnent devant les micros et l'affaire est close. Les supporters sont à l'image des sportifs qu'ils supportent, de grands enfants et on aura beau répéter sans cesse à un enfant "c'est pas bien de faire ça tu sais", rien de tel qu'une bonne taloche pour bien faire rentrer tout ça dans le crane. Il en va de même pour les cons des tribunes. Oui car nous connaissions le crétin des Alpes, mais il ne faut surtout pas oublier son cousin germain, le con des tribunes.
Et puis les supporters Lensois qui jouent les vierges effarouchées, faudrait pas oublier qu'en 2007 ils avaient sorti une banderole lors d'un match contre Lille sur laquelle on pouvait lire "l'été dernier j'étais avec ta soeur, je faisais l'acteur". Quand la classe et la délicatesse fusionnent.
Mais ce que j'attends avec impatience ce sont les prochains matches de foot. Imaginez un PSG-Lorient, je vois déjà la banderole "Demeurés congénitaux, alcooliques, bienvenue en Bretagne", ou encore un match PSG-Bastia "Mafieux, fainéants, terroristes, bienvenue en Corse".
Ah je sens que je vais reprendre gout au football s'il retrouve ses valeurs universelles de tolérance et de respect. C'est important ce dialogue constructif entre les régions de notre beau pays.

Je suis sur que tout ça c'est de la faute à Zidane. Depuis son coup de boule sur ce grand con de Macaroni, rien ne va plus dans les stades.