Ou va le monde mes amis, je vous le demande. Plus moyen d'exploiter tranquillement la main d'œuvre des pays de l'Est.
Ces fumiers de nantis, les ouvriers roumains fabricants la Logan chez Dacia (appartenant à Renault), sont en grève depuis lundi dernier. Voila que maintenant les ouvriers des pays pauvres veulent leur part du gâteau !
Et ils n'y vont pas avec le dos de leur cuiller en bois, 150 euros d'augmentation, rien que ça. Non mais dites donc les gars, vous savez combien gagne Renault en vendant cette voiture low cost ? Bon ok, beaucoup. Mais c'est pas une raison pour partager les profits quand même. Les ouvriers sont la pour que les cadres et les dirigeants et surtout les actionnaires se gavent. Et quand les actionnaires ne sont pas satisfaits du montant de leurs dividendes, et bien on licencie. C'est quand même pas compliqué à comprendre le capitalisme. C'est pourtant con un Roumain quand on y pense. Ayons une pensée pour les époux Ceausescu, grands démocrates devant l'éternel qui doivent se retourner dans leurs tombes. Rendons hommage un instant aux pionniers de la télé réalité. Vous vous souvenez de leur fuite et du procès en direct live de 55 minutes ? Sorte de subtile fusion entre la ferme célébrités et le prix du danger.
Bref.
Donc maintenant les roumains se rebellent.
Encore heureux qu'il reste quelques eldorado dans le monde. La Chine par exemple ou l'Indonésie aussi. Ils sont sages les salariés la bas. Vous me direz, ils ont de quoi être sages car l'occidental n'est pas un ingrat. La salarié privilégié de Nike en une journée de 10 petites heures touche quand même 2 euros pour produire 350 paires de chaussures qui seront revendues chacune environ 85 dollars. Voila ce que j'appelle un juste partage des richesses entre patronat et salariés. La part du salaire de l'employé de Nike représente tout de même 0.2 % du montant de la chaussure, ça vous rogne les marges ça Monsieur.
Résultat, l'Indonésien est un privilégié et ne se rebelle pas comme ces salopards de roumains. Fumier de pays de l'Est, tu rends service et on te crache à la face. Ah elle est belle l'Europe si on peut plus y exploiter la misère en embauchant des ouvriers low cost pour fabriquer des bagnoles low cost pour nos prolos.
Tiens au sujet de toutes ces petites PME à taille humaine que sont Nike par exemple, relisez donc le livre "No logo", absolument incontournable.