Ah le péril jaune !
Vous avez remarqué, la mode n'est pas au Made in China mais plutôt au Made in Tibet !
Hier matin dans mon véhicule, j'étais calé sur la radio gauchiste "France Inter", l'invité de Demorand était Ariane Mnouchkine. Mais quelle conne celle là. Elle venait nous donner une petite leçon de vie, une leçon de droits de l'homme, bref, une leçon de boycott.
Malheureusement elle a oublié de nous donner une leçon de "Y'a que les imbéciles qui changent pas d'avis". Domaine dans lequel elle excelle, car après avoir signé le torchon en mars 2007 pour une gauche d'espérance et contre une droite arrogante avec 149 autres "intellectuels" aux cotés de Ségolène Royal, elle refusa sa nomination par Sarkozy à la chaire de création artistique du collège de France le 27 Juillet, pour finalement accepter le 28 ! Juillet bien sur. Quelle constance.
Cette chère dame nous donnait donc hier matin une leçon de respect des droits de l'homme. Une voix de plus dans toute cette cacophonie paranoiaque à l'encontre de la Chine.
Oh les vilains chinois, ils manquent vraiment de fair-play à l'égard des Tibétains. Heureusement, Ariane a la solution : Toi le jogger, porte donc un brassard avec un message qui va sûrement faire tomber de leur chaise les dirigeants chinois et les amener à revoir rapidement leur répression au Tibet : "je cours mais sans piétiner les droits de l'homme". Je n'invente rien, je cite.
Et des actions comme ça, elle en a plein d'autres dans sa musette, la Ariane. Et la, en l'écoutant, je pensais à Desproges, Monsieur Desproges. Quand il disait dans un sketch qu'il était un artiste dégagé car il n'avait pas la hargne mordante des artistes engagés qui osent critiquer Pinochet à moins de 6000 km de Santiago.
Et ce con de Jacques Rogge, grand gourou du CIO qui y va de sa petite phrase sur la Chine en précisant que le Comité International Olympique est très concerné par les droits de l'homme en Chine ! Il avoue également être engagé avec les dirigeants chinois dans une diplomatie silencieuse concernant les droits de l'homme au Tibet. Tellement silencieuse qu'il ne va rien se passer. Certains silences sont assourdissants.
Dites donc les gars, vous croyez vraiment que le paillasson préféré des dirigeants chinois est la déclaration universelle des droits l'homme depuis quelques mois seulement ? Quand on leur a attribué les JO, ils n'étaient pas un modèle de démocratie que je sache. Maintenant faut assumer.
Et puis ils font suer aussi les Tibetains et leur connerie de religion. Quelle idée aussi de tendre la joue droite quand on se prend une grande torgniole sur la gauche. Rebellez-vous les gars et allez jusqu'au bout. Et pourquoi ce besoin perpétuel de la communauté internationale ?
J'ai vraiment le sentiment que toutes ces révolutions populaires recherchent des sponsors en la personne des grandes démocraties, jamais avares pour donner des leçons, et de leurs médias toujours très impliqués et concernés pour venir caler un petit sujet de manière très subtile entre la hausse du baril de pétrole et le pouvoir d'achat.
Que les Tibetains se débrouillent, nous on veut des gars qui courent vite, des gars qui sautent avec des perches, des gars qui lancent des javelots et les plantent dans le dos des sauteurs en longueur français.
Et puis on veut a bouffer dans nos assiettes aussi. Enfin bref, on veut du pain et des jeux. Le reste est tellement futile.
Et comme disait Deng Xiaoping, un bon tibétain est un tibétain mort. Bon ok, il ne l'a pas dit, mais il a du le penser très fort.