Il ne lui manquait plus qu'une petite larme au coin de l'œil et Angela Merkel sortait de la Knesset avec une standing ovation.
Et une repentance, une.
"Nous autres, Allemands, la Shoah nous emplit de honte".
C'est largement aussi con que le "Aujourd'hui nous sommes tous américains" de Chirac juste après la malencontreuse chute des 2 tours made in USA.
Pouvez-vous me dire quand les hommes politiques vont cesser de se repentir des erreurs de leurs ancêtres ? Vous croyez vraiment que de cette manière nous allons avancer ?
Et le premier qui me parle de devoir de mémoire peut aller cliquer ailleurs. En quoi le devoir de mémoire sert-il a quelque chose et permet d'éviter les conflits actuels ? Si les hommes avaient de la mémoire, ça se saurait, et s'ils faisaient leurs devoirs en rentrant de l'école ça se saurait aussi.
Le devoir de mémoire c'est tout aussi con que le principe de précaution.
Si j'étais allemand et que mon grand père ait réussi une flamboyante carrière dans la Waffen SS, en quoi je serai emplit de honte concernant ces quelques lignes sur son cv ?
Nous ne sommes pas responsables des conneries de nos parents. A part peut être de leur accouplement.
Il est toujours plus facile de regarder en arrière et de s'émouvoir sur le tas de cendres des 6 millions de Juifs que de regarder la réalité en face tous les jours, entre une pluie de roquettes d'un coté et un mur totalement hors la loi de l'autre.
J'en ai assez de tous ces hommes politiques qui prennent la parole au nom de leur peuple. Ce n'est pas le peuple allemand que je sache qui a mis en place ces voyages organisés de mauvais gout dans les wagons sans banquette, mais bien les nazis. En quoi le "peuple allemand" serait responsable et emplit de honte ?
Vous n'êtes pas sans savoir que certains conseils juifs ont collaboré avec les instances nazis lors de cette époque ?
J'attends donc avec impatience la repentance des juifs à la Knesset sur ces instances juives qui ont facilité le travail de Hitler et son orchestre.
La boucle serait bouclée, et nous pourrions enfin passer à autre chose.